mardi 13 octobre 2020

Retour sur l'exposition "Passion Japon" de François Jeker


Ecourtée en mars 2020 pour cause de pandémie, l'exposition "Passion Japon" de François Jeker a pu se tenir du 11 au 20 septembre dernier. Le peintre, passionné par la culture japonaise depuis son enfance, nous a fait part du bilan de cette expo avec de magnifiques photos que nous sommes très heureux de vous partager !


« Mon exposition au Corps de Garde à Colmar en mars avait été écourtée pour cause de COVID.
Elle avait été organisée par le CEEJA, sous le Haut Patronage du Consulat Général du Japon à Strasbourg, avec le soutien du Conseil Départemental du Haut-Rhin et de la Ville de Colmar.
Le CEEJA m’a donc proposé un « rattrapage » du 11 au 20 septembre.
Le premier objectif était de montrer les toiles et photographies de Land’Art que je projette d’exposer l’année prochaine dans le cadre de la « Saison de la France au Japon ».
Le second objectif était de rendre un hommage appuyé à Itsuki YANAÏ qui nous a quitté il y a 11 ans maintenant.
Le troisième objectif était de faire converger di érentes formes d’art lors d’une performance artistique : Denise LACH devait calligraphier un extrait d’un poème de Louis SCHITTLY sur l’une de mes toiles, je devais apposer une dorure sur cette toile, Auguste VONVILLE devait réciter le poème et Hideaki TSUJI devait accompagner le tout au shamisen.
Takeshi SEYA, l’un des théoriciens des arts japonais, disait « Tous les artistes gravissent la même montagne, plus ils s’approchent du sommet, plus s’estompent les di érences entre les di érentes formes d’art ».
Malheureusement, compte tenu de la pandémie, cette performance n’a pas pu avoir lieu comme prévu : c’est donc en comité très restreint que Denise LACH et moi-même avons o cié.
Ces 8 jours d’exposition ont attiré 256 personnes, soit au total des deux expositions 532 personnes.
La peinture, telle que je la pratique, est un travail solitaire de longue haleine. Le doute est présent en permanence.
Cette rencontre avec le public a été très revigorante pour moi et m’a motivé à persévérer.
Tout cela n’aurait pas été possible sans la participation active du CEEJA, d’Olivier BECHT, Président du CEEJA et Député du Haut-Rhin, de Virginie FERMAUD, Directrice et de Ghada MOUANNES, Responsable de projets. Un grand merci à eux.
Je voudrais aussi remercier chaleureusement quatre personnes, qui, malgré leur emploi du temps chargé, ont tenu à venir visiter l’exposition, ont montré un intérêt tout particulier à mon travail, ont écouté avec une patiente atten- tion mes explications.
Il s’agit de Brigitte KLINKERT, Ministre déléguée à l’insertion, Vice-Présidente du Conseil Départemental du Haut-Rhin, de Takeshi AKAMATSU, Consul général du Japon à Strasbourg, Ambassadeur auprès du Conseil de l’Europe, du Consul Yasunori ITO, d’André KLEIN, Président d’honneur du CEEJA : c’est grâce à lui et M. TOMINAGA que j’avais pu faire ma toute première exposition personnelle d’envergure au Japon en 1995».
François JEKER




lundi 14 septembre 2020

26 septembre : un programme éclectique pour fêter les 10 ans du parc Terra Botanica à Angers

 

Crédit photo : Terra Botanica

Une journée anniversaire le samedi 26 septembre !

C’est le samedi 26 septembre que Terra Botanica fêtera officiellement son anniversaire avec un programme éclectique pour tous les fidèles et amoureux du parc angevin. 

De 10h à 19h, il n’y aura pas une minute sans animation, spectacle, performance, pour les grands comme pour les petits. Et pour marquer le coup... le parc sera exceptionnellement gratuit pour les moins de 10 ans, uniquement ce jour-là, en billetterie du parc.

A 15h30, une surprise sera réservée aux abonnés, détenteurs d’un PASS annuel, pour les remercier de leur fidélité. Avec peut-être des bougies à souffler...

Le Parc angevin prolonge la saison 2020 avec deux weekends supplémentaires jusqu’à la Toussaint et une nouvelle édition de la « Fête de l'automne » sur 15 jours... une première !

La saison 2020 se prolonge cette année au-delà de fin septembre avec deux ouvertures exceptionnelles les weekends du 3 et 4 octobre et du 10 et 11 octobre. Une occasion supplémentaire de profiter des nouveautés 2020 du parc jusqu’à la « Fête de l’automne » qui pour la première fois s’étalera sur les 15 jours des vacances de la Toussaint. 

Au programme, en plus des feuillages et couleurs de l’automne : animations Halloween, concours de la plus grande courge, ateliers, visites de la cucurbithèque et du potager classé « potager remarquable de France » en 2019 avec Véronique, le jardinier en chef du potager.

mercredi 29 juillet 2020

Animations d'été au Parc Oriental de Maulévrier (49) : le plus grand jardin japonais d’Europe

Crédit photo : Parc Oriental de Maulévrier - Vincent Ripaud


Le parc sera à l’honneur le 2 août dans l’émission « Les 100 lieux qu'il faut voir »

Le dimanche 2 août dans l’émission « Les 100 lieux qu'il faut voir » diffusée à 20h50 sur France 5, l’émission évoquera les sites majeurs du Val-de-Loire, dont Amboise, Chambord, Fontevraud et le Parc Oriental.

A venir : « Les peintres au jardin » le 2 août et le Salon national du Bonsaï les 12 et 13 septembre


 

Durant l’été, outre les nocturnes qui se déroulent deux à trois soirs par semaine, d’autres animations ont été maintenues. « Les peintres au jardin » auront lieu le dimanche 2 août. Des artistes s’installent dans le parc et permettent aux visiteurs d’avoir un nouveau regard sur le jardin à travers les œuvres effectuées. Le Salon national du Bonsaï aura lieu quant à lui les 12 et 13 septembre. Cette exposition de plus de cinquante bonsaïs sélectionnés, avec la présence d’exposants professionnels, font de cet événement une des plus grandes expositions de bonsaï en France. Les informations pratiques sont à retrouver sur le site Internet du parc : www.parc-oriental.com

 

Le jardin de nuit : des promenades musicales et poétiques de juillet à septembre


 

A partir du 1er juillet et jusqu’en septembre, le parc propose des promenades musicales et poétiques de nuit dans le jardin. Le promeneur est invité à apprécier le parc avec un autre regard, d’autres impressions. Une promenade libre et rythmée par les séquences autour du lac, qui débute à la tombée de la nuit et petit à petit distille son ambiance de mystère et de magie. Le visiteur découvre lors de sa promenade des mises en scène de contes issus de la tradition japonaise et réécrits spécialement pour les nocturnes. Le promeneur va ainsi de légende en légende, à son rythme, à son envie, éclairé de son lampion. En 2019, près de 10 000 visiteurs ont découvert le parc de nuit.

lundi 27 juillet 2020

Cet été : une exposition inédite d’art monumental mêlant art et nature au nord de Rouen


Découvrez La Forêt Monumentale, un parcours unique d'œuvres artistiques monumentales en Forêt Verte, au nord de Rouen.


La Métropole Rouen Normandie invite les promeneurs à profiter du soleil de l’été pour faire de grandes balades en pleine nature dans la forêt Verte au nord de Rouen. Cette forêt offre sur plus de 4km quelques-uns de ses bosquets aux mains d’artistes, d’architectes et de designers sélectionnés pour réaliser une exposition inédite d’art monumental mêlant art et nature.

Cette biennale est une belle occasion pour petits et grands de profiter d’un grand bain de culture à ciel ouvert. Une balade estivale qui est également l’occasion de redécouvrir le patrimoine forestier normand, qui couvre un tiers de son territoire. Un parcours ludique et original, déjà arpenté par plus de 100 000 visiteurs depuis son ouverture en septembre 2019.


lundi 22 juin 2020

Edition maintenue pour le Festival international de jardins Hortillonnages Amiens : 14 juillet - 18 octobre 2020

Un voyage artistique & paysager au cœur des Hortillonnages d’Amiens : une échappée belle esthétique & poétique

Une 11e édition sous le signe du changement climatique et du manger sain

Le Festival des Hortillonnages est aujourd'hui un parcours ponctué d’une cinquantaine de jardins et d'installations imaginés et produits par de jeunes artistes - paysagistes, architectes et plasticiens.

Disposés sur des îlots, les jardins et les installations plastiques du Festival international de jardins | Hortillonnages Amiens forment un parcours poétique qui invite le public et les habitants à poser un regard décalé, drôle ou critique, mais toujours inédit, sur cet environnement complexe, son histoire et son devenir. C’est aussi une découverte en itinérance douce qui permet de questionner les liens entre nature, culture, agriculture et patrimoine en regard des nombreuses incidences provoquées par le changement climatique.

C’est aussi une découverte qui permet de questionner les liens entre nature, culture, agriculture et patrimoine en regard des nombreuses incidences provoquées par le changement climatique.

Les artistes et paysagistes sont déjà présents sur le terrain, et œuvrent pour que tout soit prêt le 14 juillet !

À partir de 2020, le Festival s’ouvre également aux étudiants des écoles d’arts, du paysage et d’architecture. Des partenariats se mettent en place avec les universités et les écoles d’Amiens, de Lille, de Marrakech et d’Édimbourg. Cette première année, trois œuvres sont réalisées par des étudiants de l’UFR des Arts de l’Université Picardie Jules Verne accompagnés par leurs enseignants.


lundi 8 juin 2020

Le parc Terra Botanica à Angers a rouvert pour ses 10 ans avec 2 nouveautés !

Crédit photo : Terra Botanica

Terra Botanica, 1er grand parc à thème à rouvrir en France avec L’Oasis, la plus grande structure en bambous d’Europe


L’unique parc à thème en Europe consacré au monde du végétal fête cette année ses dix ans !


Situé à Angers et au cœur de l’Anjou, porté par six siècles d’histoire horticole, Terra Botanica est le 1er parc à thème européen ludique et pédagogique sur le végétal. Ses 18 hectares de jardins, de serres et d’espaces aquatiques jalonnés de nombreuses attractions offrent une parenthèse dépaysante et divertissante pour toute la famille. A l’occasion de ses 10 ans, le parc angevin présente deux grandes nouveautés : L’Oasis, la plus grande structure en bambous d’Europe et Le jardin sans eau.


Crédit photo : Terra Botanica

Grande nouveauté 2020 :

« L’Oasis », la plus grande structure en bambous d’Europe

Crédit photo : Terra Botanica

Il s’agit de la plus grande structure en bambous d’Europe d’une hauteur de 7 mètres, pour une superficie de 600 m². Elle a nécessité 7 tonnes de bambous en provenance du sud de la France principalement.

Réalisé à partir du tissage de plus de 1300 cannes de bambous, ce lieu entièrement végétal est un espace de rencontres, de jeux et d’échanges. « Là encore, Terra Botanica veut à travers cette structure de bambous unique en Europe, montrer l’utilisation de nouveaux matériaux plus écologiques. Le bambou est considéré comme « le frère de l’homme » au Japon, quand en Europe on ne sait toujours pas l’utiliser. Il pousse pourtant et désormais partout, mais nous ne savons pas en tirer le meilleur. Ce lieu spectaculaire devrait donner beaucoup d’idées aux amateurs de jardins exotiques », explique Denis Griffon, directeur du Parc.


L’autre grande nouveauté pour les 10 ans de Terra Botanica : Le jardin sans eau

Crédit photo : Terra Botanica

Un espace végétal de nouvelle génération !

L’occasion pour les visiteurs de découvrir un jardin sans aucun besoin d’arrosage.  Les plantations sont autonomes en eau dès la deuxième année grâce au système racinaire des plantes qui puiseront l’eau en profondeur, dans un terrain spécialement aménagé pour cette technique future.

On y retrouve, à travers une déambulation, des plantes méditerranéennes (oliviers, lavandes…) mais aussi des plantes venues du monde entier spécialement sélectionnées et cultivées pour leur résistance à la sécheresse. Au-delà de cette nouvelle mise en scène végétale, c’est la préservation de la ressource qui sera mise en avant par les jardiniers de Terra Botanica.


Et d'autres nouveautés !


La serre tropicale, une des plus grandes d’Europe, accueille de nouvelles espèces d’insectes, les phasmes, dont certains peuvent mesurer plus de 20 cm ainsi que des couples de Diamant de Goulde, qui surprendront les visiteurs dans cet écosystème végétal insolite. Sans oublier les nombreuses autres nouveautés comme : le spectacle vivant « La Fable de Chèvrefeuille », un nouveau spectacle de magie « l’île aux sortilèges », le parcours de jeux pour enfants dans « Graines d’Aventure », un nouveau carrousel…


mardi 14 avril 2020

En confinement, Sami Amdouni fait des pots, et ils sont beaux !





En confinement, Sami Amdouni prend le temps de s'adonner à ses passions, la céramique, entre autres. Dans le numéro 106 d'Esprit Bonsaï, fin mai, il vous montrera comment faire un daiza, et partagera sa passion de l'origami.


Auteur : Sami Amdouni

En cette période de confinement qui semble un peu hors du temps, je suis en télétravail.
J’ai l’impression de travailler beaucoup plus que lorsque je suis au bureau, mais en même temps, j’ai le temps de m’occuper de mes arbres ou de faire de la poterie.
Finalement, je pense que je vis bien le confinement, et j’ai même réussi à trouver un équilibre entre mes passions.

Je vais partager avec vous le travail que je réalise en ce moment pour un grand nom du bonsaï fFrançais : Bruno Heller. Il s’agit des 36 vues du mont Fuji de Hokusai, une série que j’ai commencé il y a quelques années. Plusieurs pots ont déjà été livrés.

Exemple d'un pot fini, émaillé.
      
L'arrière du pot


 Le projet pour Bruno Heller

Après la création du pot en porcelaine,
je dessine l’estampe au crayon à papier
sur une des faces.
Pour ce pot, il s’agit du reflet du mont Fuji
dans le lac Kawaguchi, vu depuis le col
Misaka dans la province de Kai.

Avant de commencer à sculpter
le pot,
je fais une analyse des différents
niveaux du paysage.
Quelle partie détacher afin
de donner plus de perspective
à un dessin en 2D ?
Les deux points importants ici
sont le mont Fuji et son reflet
dans l’eau.
Je commence donc par détourer
le mont Fuji et par lui donner
plus de relief
pour ensuite détacher
les différents éléments,
du plus éloigné au plus proche.


J’ai choisi ici de détourer le reflet du Fuji
comme s’il était en relief pour lui donner plus
d’importance, mais aussi pour pouvoir creuser
la partie représentant le lac.
Ce choix graphique me permet de détacher 
les berges tout en conservant la perspective
 et en évitant ainsi de surcreuser le pot.


Une fois les grosses masses faites,
je passe au détail tout en gardant
à l’esprit que l’émail fera une partie
du travail.


Je passe un pinceau imbibé d’eau sur la poterie.Cela permet de vérifier
que je n’ai pas de bulles dans la porcelaine,
d’enlever la poussière et de lisser les petites aspérités.


















































 


Après quelques jours et avec un œil nouveau,
je reviendrai certainement faire des retouches avant la cuisson.








jeudi 9 avril 2020

Confinement jour 24

Bonjour à tous

Nous sommes entrés dans la quatrième semaine de confinement, le 24e jour plus précisément : "Jusqu'ici tout va bien..."
Chez LR Presse, nous sommes toujours bien confinés, bien entendu, chacun de notre côté, hormis Alan au standard et Patrick aux expéditions.
Les mails vont bon train entre nous pour maintenir le lien, échanger, et le mercredi matin, une visioconférence nous permet de faire le point et de prendre des nouvelles des uns et des autres de visu.

Nous avons à cœur de vous alimenter en informations pour vous faire la vie plus douce : une newsletter par semaine avec deux articles d'anciens numéros et une vidéo.Nous relayons de même sur notre page Facebook des posts qui nous semblent intéressants, vous donnons des nouvelles de nos auteurs, en confinement bien sûr,  et avons créé une page Instagram que je m'efforce d'alimenter au mieux. Autant d'outils pour être à vos côtés dans cette période délicate et alimenter votre passion.

La tentation est grande de faire un tour dans le jardin - j'ai cette chance - avec le beau temps qui s'installe sur le Morbihan,  mais je résiste (pas toujours...) pour vous livrer en temps et en heure le prochain magazine (fin mai), et quelques photos sur Instagram. Il m'en reste des milliers à partager...

Restez confinés, malgré le beau temps et prenez soin de vous !

Michèle Corbihan




jeudi 26 mars 2020

Jour de confinement 10


Jardin du temple Jodai-ji-Sakawa,
sur l'île de Shikoku, Japon.

Bonjour à tous

Nous pouvons encore compter les jours depuis le début du confinement dû au coronavirus SAS CoV2, mais bientôt, nous compterons les semaines, et bienheureusement, nous nous arrêterons là, avant d'avoir à compter les mois...

Nous avons la chance d'être bien occupés chez LR Presse, chacun chez soi, en télétravail, hormis Alan (au commercial pour recevoir vos appels) et Patrick, qui expédie les commandes de magazines, livres et matériels divers. Car LR Presse, c'est du bonsaï, mais aussi beaucoup de trains... Les petits et les grands.
Première réunion en visioconférence cette semaine pour se soutenir, garder le lien... Tout le monde va bien. Pour certains de mes collègues rédacteurs en chef, ce confinement ne change pas grand chose dans le quotidien professionnel, puisqu'ils étaient déjà en télétravail. Pour le reste, c'est autre chose...

Plus que d'habitude, nous cherchons comment vous apporter notre soutien, comment être auprès de vous dans ces moments particuliers. Nous relayons des informations des uns et des autres sur notre page Facebook, nous vous offrons des photos de bonsaï, de lieux qui pourraient vous intéresser, comme le parc Ritsurin de Takamatsu, au Japon. Et nous vous offrons, une fois par semaine, des articles à lire, ou à relire, extraits d'anciens numéros du magazine. D'ailleurs, si vous avez des envies, n'hésitez pas à nous écrire !
Nous préparons de même des publications sur Instagram ! À découvrir très vite, en début de semaine prochaine, le temps de l'alimenter un peu pour vous faire rêver.

Prenez soin de vous !

Michèle Corbihan

Dans le jardin de Koji Hiramatsu, professionneldu bonsaï à Takamatsu,
sur l'île de Shikoku, Japon.





mercredi 25 mars 2020

Expo à Colmar : Japon Passion


Japon Passion

François Jeker

En pensant à Itsuki


Exposition de peintures, céramiques et photos de Land’art au Corps de Garde, à Colmar

Sous le haut patronage du Consulat général du Japon à Strasbourg. Une exposition de trois semaines au mois de mars, écourtée d'une semaine par les mesures de confinement dues au covid-19.




François Jeker, artiste protéiforme du bonsaï, exposait, au mois de mars 2020, 21 toiles qu'il projette de présenter l’année prochaine au Japon, dans le cadre de l’année de la France. Il exposait aussi des céramiques, des photos de land’art, des suiseki et une toile d’Itsuki Yanaï, peintre japonais installé à Colmar : c’était l’occasion de lui rendre hommage, onze années après sa disparition.
L’exposition a accueilli 276 visiteurs en 10 jours.

 




Hommage à Itsuki Yanaï,
peintre japonais installé à Colmar,
décédé il y a onze ans


Livre d’or

Les visiteurs se sont largement exprimés sur le livre d’or, dans de nombreuses langues : népalais, arménien, arabe, espagnol, anglais, allemand et bien sûr français. Extraits :

« Félicitations pour ce travail remarquable, qui vous invite avec humilité à une communion à la nature. C’est juste magnifique ! »

« La nature nous inspire tant et tant... Ce serait bien si nous pouvions seulement ouvrir les yeux à la beauté de ce monde que nous dégradons avec frénésie. »

« Tout simplement superbe. Maîtrise technique exceptionnelle et créativité incroyable. Un voyage dépaysant. »

« Subtilité, force et poésie : de merveilleux ingrédients pour rendre la vie plus belle. »

« Nous vivons sur un volcan, et regardons rochers et fleurs. »

« La pierre qui semble figée prend vie ici. Un jaillissement de vie. »

« Le minéral vibre et vit. Superbe. Lumineux. »








 

















 Il était prévu que François Jeker crée une toile sur place pendant les trois semaines de l’exposition. Malheureusement l’exposition a dû fermer ses portes prématurément.




Voici l'évolution de la toile au cours des dix premiers jours de l'exposition, avant que celle-ci ne ferme pour cause de covid-19.


 













Le travail va continuer tranquillement dans son atelier et la toile sera terminée lors de l’exposition prévue en septembre au Corps de Garde, à Colmar, lors d’une performance artistique : l’artiste y apposera la dernière couche d’or 23 carats, Denise Lach, artiste calligraphe, y calligraphiera trois vers extraits d’un poème de Louis Schittly. Auguste Vonville récitera les vers en entier tandis que Hideaki Tsuji jouera du shamisen.

Donc, rendez-vous en septembre, sains et saufs...

Lieu : Corps de Garde
17, Place de la Cathédrale
68000 Colmar